Matcha Morning: Quel type de colère es-tu?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici. Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Et si nous arrêtions d’avoir honte d’être en colère? + quelques obsessions stylistiques du moment 👇🏼.

J’ai un rapport personnel d’amour haine avec ma colère. 
Elle m’anime pour soulever beaucoup d’obstacles mais (souvent) elle me fait perdre de la crédibilité, du temps, de l’énergie et même de l’analyse objective de la situation.

Ce rapport de détestation vis à vis de ma colère est lié à beaucoup de choses. Mais récemment j’en ai fait limite une amie.
Un compagnon de route fidèle qui était d’accord avec moi (lol) quoique je fasse.
Elle vient pourtant taquiner mon éducation et mon cadre de  petite fille modèle (mais Ô pourtant je ne le suis guère).
Elle nourrit aussi ma frustration de ne pas être comprise, écoutée, vue comme si l’explosion de ma colère c’était mon seul moyen de communication.
Et alors que j’étais sur mon chemin de rédemption, d’écoute de mes émotions, de maturité et de prise de distance…
BADABOOM
🥵 COVID19 et plein d’événements personnels, de désirs, de projets qui ont été en collision (voir éparpillés façon puzzle 😓).
BADABOOM aussi une colère qui monte, une frustration au top du top…
Pourquoi ?
Oh il est possible que le fait qu’anticiper des actions et des événements me permettaient d’anticiper mes émotions, de me préparer mentalement à ce que je pouvais faire, voulais faire et des compromis avec la vie.
Et voila que tout d’un coup, mes compromis avec la vie sont bouleversés.
Ajoutez à ça une fatigue, un manque du monde d’avant et là WAW cocktail explosif 🤣! (je précise que c’est un rire nerveux)
Une fois que j’ai écrit ça, qu’est ce que je t’apporte dans ta journée?
Oh mais ce n’est que le début 😉.
(Teasing de malade, je sais)
…J’en ai eu marre.
J’étais fatiguée des disputes ou des malentendus, de me sentir drainée même quand il n’y avait pas de disputes, de me sentir à cran.
J’ai réuni ma petite famille et j’ai dit « je suis en colère contre ça, ceci et machin » (et croyez moi la liste était longue).
Mon époux m’a répondu « que veux-tu que je fasse ».
J’ai dit « rien » car pour beaucoup, il ne pouvait rien faire.
Mais le simple fait d’exprimer froidement cette colère, de la voir, de lui faire face…cela m’a apaisé.
J’avais nommé un petit monstre qui grossissait en moi et dont je niais l’existence par fierté, par déni, par égo « je sais gérer, je suis forte, tout va bien ».
Sauf qu’en fait non, tout partait en cacahuète, j’étais forte certes, mais tant que ça?
En fait la colère, la mienne en tout cas c’est comme une cocote minute: il faut lâcher la pression pour ne pas tout faire péter 🤣.

Alors comment relâcher cette pression?Je me réserve des moments à moi, rien qu’à moi.
Je vous écris en m’isolant dans une chambre pour écrire après une longue journée intense en émotions.
En silence.
Bon mon fils s’est réveillé.
Il m’a coupé.
Mais, je m’y suis remise.
Et je me sens un peu mieux.

Prête à relâcher cette pression colérique, ce n’est pas aux autres de la subir.
Même si j’aime bien mon côté passionné, il me définit.
Mais les autres ne l’aiment pas forcément et il me ronge aussi.
Il faut que je trouve un juste milieu à cette colère.
Un jour.

Sans jugement et en espérant que la diversité t’aidera dans la gestion de ta propre colère, j’ai posé quelques questions sur Instagram (je suis disponible ici 👈🏼):

  • Sur ce qui vous met en colère et vos réponses sont diverses mais proches: de l’égoïsme ou d’individualisme, du manque de respect ou de pragmatisme ou de politesse, de la colère envers l’avis non demandé de l’entourage voir envers tout (i fell you and hear you 💖)
  • Si vous étiez plus souvent en colère ces dernières semaines: la réponse était positive avec des envies d’arrachage de cheveux pour les extraverties ou celles pour qui le seau est déjà plein, avec quelques « non »  pour celles qui ont retrouvé une paix intérieure (car je cite « l’enfer c’est les autres »)
  • Comment réussissez-vous à laisser passer ces colères: en prenant de la distance, en faisant de la boxe ou des pompes (oui c’est une militaire en fait dans une autre vie 😁 pour certaines le yoga n’est pas une option et peu importe du moment que ça marche!), respirer, « remettre à la place les autres » et d’autres c’est plus intérieur et garde leur colère rentrée.

Enfin, je me dis que si nous développions chacune un rapport plus assumé et plus apaisé vis à vis de notre colère, nous arrêterions d’en avoir honte, de nous cacher avec elle.
Qu’en penses-tu?
Et toi quelle est l’émotion que tu souhaites mieux gérer ?
Je reçois bientôt sur le podcast (disponible ici 👈🏼Siham, coach certifié, sur notre gestion des émotions (tu peux la retrouver ici sur Instagram).
Aurais-tu des questions à lui poser? je les soumettrai durant l’épisode! envoie moi un email à admin@stylishbcorner.com , j’aurais plaisir à te lire 💖🙏🏼. 

Petite parenthèse de style… cette semaine je pense à du rose et du gris.
Je pense aussi à la possibilité de sortir prendre un thé glacé avec des macarons (oui j’ai un bec sucré et oui il faut bien profiter enfin d’être de retour en France…).
Avec une combinaison pantalon ceinturée et courte sur la cheville, ici celle de And Other Stories (disponible ici) et des sneakers blanches et dorées pour correspondre à cette météo resplendissante… ici celles de Veja (disponibles ici).

Mes obsessions de couleurs, de look et de sorties du moment, quelles sont les tiennes?
  • Ce que je souhaite regarder sur Netflix :Space Force, c’est sorti vendredi et  je suis sautée dessus la bande annonce est drôle et déjantée 🤩 si la gestion de projet t’intéresse, la culture américaine te fait rire, si le monde d’avant et les relations humaines te manquent alors cours regarder c’est grinçant!
  • Ce que j’ai écouté (et que je souhaite lire): J’ai découvert le podcast How To Failgrâce à Instagram (oui la magie existe) et c’est TOP! (bon en anglais) mais l’auteur a été traduite aussi (merci à Safia pour la référence) sur « l’art d’échouer » (livre aussi disponible ici) et une pépite de podcast pour les apprentis écrivains « Assez parlé, le podcast qui donne envie d’écrire » lien ici👈🏼.

A chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼! 
✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼 et mes podcasts « Creative Tea Time » sont aussi disponibles ici (même sur YouTube, si tu n’as pas Instagram 😉)!

Matcha Morning: Faking or escaping reality for mental sanity…

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici. Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Cette semaine a été bizarre (encore 🙄).
Une annonce d’une possible sortie en France du confinement: le 11 mai.
Mais pour trouver quoi?
De l’agacement, de l’inquiétude, de la passion créative… liste longue d’émotions étrennées depuis plusieurs semaines… face à l’inconnu et à la crise.
Je ne vais pas lister les questions à variables inconnues, car ce ne sont même pas des équations.
Et cela m’a mis un coup au moral. Mais qui ne l’a pas eu vraiment cette semaine? (je ne me plains pas, je suis consciente de ma chance de confort, s’en est même culpabilisant…)

Comment sortir la tête de l’eau de l’humeur morose?
Car c’est nécessaire.
Je ne suis pas coach ni spécialiste en émotions juste un être humain ou une amie qui te raconte sa vie ici en essayant de la connecter quelque part à la tienne.
Ma technique cette semaine a été de me mettre en parallèle de la réalité.
J’ai évité au possible les informations.

Sinon ça serait : penser à une amie endeuillée et que je ne peux pas serrer dans mes bras, stresser pour la crise économique qui arriverait, passer ma journée en FaceTime  (désolée maman), me sentir drainée par la chasse à l’enfant (qui n’a pas encore la notion des accidents domestiques ni la capacité à gérer ses émotions), être agacée de tout ce que fait mon époux même quand ce n’est pas mérité (lol) (oui même respirer peut être agaçant haha), scroller à l’infini Instagram et détester ça… 
J’ai utilisé alors des pirouettes avec mon cerveau: mon projet entrepreneurial comme levier de focus pour décharger mon cerveau.
Je m’y suis plongée à corps perdu, comme une bulle créative.
Tout en ayant la peur au ventre d’échouer (encore ?) mais le saut m’est nécessaire plus que jamais.

Et j’ai aussi utilisé le film de Myazaki: Le vent se lève…

…Il faut tenter de vivre
Paul Valéry.
C’est un film signature (disponible sur Netflix Fr) de Myazaki sur le Japon du début du 20e siècle et sur la vie d’un jeune garçon rêvant d’être pilote mais à lunette et qui sera le concepteur de l’avion de guerre Zéro,habité par la passion du vol.
Oups, je ne t’envoie pas du rêve mais attends tu vas voir la suite.
Je l’avais vu une première fois en salle de cinéma, seule.
Mon mari n’avait pas voulu m’accompagner (il sentait le truc triste mais bien), mais j’adore Myazaki et je ne l’ai pas regretté.
J’ai pleuré au début, au milieu et à la fin.
Oui.
Car ce n’est pas un film de guerre, c’est sublime de couleurs et de dessins magnifiques.
C’est un film sur l’invention et le rêve (et comment ils s’intègrent dans la vie courante parfois) , la résilience (de l’incendie de Tokyo qui a tout détruit quasiment au rattrapage technologique dans un Japon encore traditionnel) et l’amour (tourmenté mais beau).
C’est aussi sur la politique et les erreurs qui gâchent la vie des gens.
Sur la vie et donc la mort.
Est ce que cela m’a déprimé encore plus?
Non car Myazaki a le génie de transcender la vie de tous les jours, d’amener les rêves dans la vie courante.
Il y fait répéter ce vers: le vent se lève il faut tenter de vivre.
J’y ai trouvé des ressources pour cette vie inconnue, de cet après qui s’ouvre à nous.
Plus que jamais, nous aurons besoin de: solidarité, de résilience et de patience, d’acceptation sans jugement, de créativité et de liberté de penser.
Car dans les méandres de l’histoire ce n’est que quelques jours, semaines, mois. 
Et tenter, essayer, risquer de vivre, même quand le vent souffle.

La semaine dernière j’ai évoqué le pouvoir du présent.
Aujourd’hui j’en appelle au rêve pour pouvoir être résilient.
En confinement, notre humeur est la seule chose qui nous reste.
Et elle est liée à notre motivation.
Oui l’incertitude est forte, oui le risque de récession durable est plus que jamais présent dans nos vies. Mais c’est bien dans les moments les plus durs que notre inventivité se révèle.
Alors exerçons la pour ouvrir nos Chakras!*
Même à gribouiller, plier un bout de papier ou danser sans aucune chorégraphie… ouvrir ses chakras au flow créatif 1) nourrit notre quotidien de paillettes comme dirait l’autre, 2) nous fait échapper de la brume grisâtre au dessus de nos têtes et mais surtout 3) nous permet d’être à l’écoute de signaux faibles d’opportunité. Quelle qu’elle soit.
Un échappatoire créatif qui pourrait nous faire découvrir de nouveaux chemins. 
Peut-être que c’est pour cela que les contenus créatifs ou « inspirationnels » font légion finalement sur Instagram?
J’adore répéter que la nature a horreur du vide, cela n’a jamais aussi vrai.
Profitons de ce vide, je crains qu’une grosse vague d’angoisse et/ ou de réel nous prenne dans l’après.
C’est pour ça aussi que je me rappelle la culture japonaise autant qu’entrepreneuriale:

  • le silence fait du bien
  • l’observation a de la valeur
  • la répétition du geste est nécessaire pour apprendre (ça vaut pour les soins cosmétiques)
  • la peur est une émotion à accepter comme une autre
  • la discipline est aussi clé dans la réussite que le talent 

(Et toi ? Comment vas tu ? Que souhaites-tu lire ici? j’aurais plaisir à te lire, envoie moi tes envies!)
J’ai préparé un petit questionnaire si tu souhaites y participer cela me permettra de mieux te connaître toi ainsi que tes attentes (une idée d’une lectrice amie que je remercie !). Il est disponible ici 👈🏼 (- de 3 min promis!!🤩💖) merci pour ton aide 🙏🏼.

Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochains jours: rappelons-nous « qu’à chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼.

*L’architecte Ghita (ici 👈🏼) a fait un sondage, il y a quelques jours sur les envies de contenu et (comme par hasard?) son audience était aussi lassée, désabusée face au contenu suiveurs et reproduits à l’infini de certains (les pains, les vidéos tiktok non créatives, les Banana bread, les live de sport…). Cette audience réclamait plus de contenu d’art, d’activité manuelle mais plus comme un tutoriel ou un cours à distance, ou d’initiative solidaire qu’une prose à la productivité personnelle. Intéressant, non?

  • Ce que je veux regarder : sur Netflix « Drôles d’animaux » comme un revival de mes documentaires préférés de ma jeunesse sur Disney+ les Simpsons
  • Ce que j’ai regardé ou plutôt tout ce que je n’ai pas regardé : ni les infos en continu, ni les lives intempestifs ni les Zooms éducatifs, ignare? Égoïste ? Chiante?
  • Peut-être mais ce n’est pas grave non plus 🤷🏽‍♀️😬  

Matcha Morning: Who am I? What am I writing about?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

Grâce à certaines d’entre vous qui m’ont relayée très gentiment ces dernières semaines et que je remercie, de nouvelles personnes accèdent à ce contenu.
Je me suis creusée la tête sur quoi écrire, m’interrogeant sur l’essence de mon contenu (car je suis d’une nature tactique (voir stratégique): je souhaite fidéliser chacune d’entre vous: si je le fais c’est pour être lue 🙂  😁).
Je choisis un média qui a une forme peu à la mode et fatiguant: la newsletter que beaucoup de marques utilisent pour vendre. Sache que je vends rien (aujourd’hui et si je le fais je te préviendrai!).

Qu’attends-tu trouver ou découvrir en me lisant?
Voici une introduction à qui je suis, ce que j’écris et pourquoi ici 👈🏼.
Dans une vie d’avant de consultante business ou de manager de projets, j’ai été happée par une cadence métro boulot dodo qui ne me suffisait pas. 
Une question existentielle mais Ô  quand bien répétée, est ce original ?
Mais une quête toujours en cours : deux ans plus tard, une expatriation, un congé de maternité long, un éloignement, des projets business, des déceptions,…(blablabla je m’autofatigue quand je parle de moi😁), je continue ce chemin de découvertes (Progress Journey). 
J’ai eu un moment Eurêka quelque part entre Mai et Juin 2019. Que mon blog ne me suffisait pas, que ce n’était pas régulier (assez), ni assez clair.
J’ai commencé alors à écrire avec un bébé sur un tapis d’éveil à côté.
A faire sortir des histoires de ma tête, celles qui me concernaient mais que je pensais concerner d’autres aussi (oui on se tutoie ici 😉) et j’ai jeté cette bouteille à la mer.
Certes, je l’ai utilisé comme catharsis mais pas seulement.
Je suis authentique dans chaque histoire écrite, parce qu’elles me sont arrivées ou que j’ai observées.
J’ai dû trouver le moyen de les transcender dans mon quotidien, pour ne pas subir et en sortir quelque chose de durable.
C’est ce que je souhaite partager ici: du primordial (le mental par une amatrice loin d’être une professionnelle) du nécessaire (mes coups de coeur soin de peau, mes distractions média 👩🏻‍💻 et mes routines), au futile (en tendance mode pas en tant que spécialiste haha mais juste en tant que consommatrice lambda, au maquillage),  .
Du temps pour soi, pour toi, chaque lundi matin.
J’ai appris à vivre avec cette introspection et je souhaite partager quelques enseignements car nous sommes tous facilement embarqués par notre quotidien.
Encore plus aujourd’hui en période de confinement: entre angoisse, frustration, fatigue, dispute, ennui… pour ceux qui ont le confort d’être confiné (car c’est un luxe).
Et plus que jamais, je souhaite te convaincre toi en lisant ce texte: que la vie est courte.

Ici, tu trouveras des histoires vraies, authentiques et non sponsorisées
Parce que déjà qui me paierait pour écrire de telles bêtises!?
Ensuite, je partage des coups de coeur en lien avec cette ligne.
Des podcasts, des livres, des séries ou des chaines Youtube.
Même en ce temps de confinement, qui ne se laisse pas embarquer sur du temps social, familial, professionnel…?

Qui ne se laisse pas happée par Instagram, Netflix et Amazon pour ne pas affronter la réalité, parler à sa famille, ou préparer son projet qu’il repousse de longue date?
Et en même temps, pour avoir été celle qui culpabilisait de ne pas être productive(comme la société l’entendait), avons nous besoin de remplir toutes ces minutes de manière intense?
Une amie a posté une bataille de fourmi sur une mie de pain.
J’essaie de montrer cela à mon fils durant nos sorties , car « courtes et à proximité »:  à compter les pigeons, les corbeaux et les fourmis et de prendre son temps à le faire (heureusement je ne pas encore eu la joie de croiser des rats parisiens).
Oh mais je ne fais pas d’ode à la paresse (je serai hypocrite), non juste une ode à l’observation.
Observer ses sentiments, ses amis et sa famille (même de loin).
Non pas de manière passive, mais présente.
Comme pour enregistrer; si j’ai de la chance, les quelques mots de cette newsletter de temps en temps.
Une ode au présent donc.

Et si le confinement, nous apprenait à arrêter de survoler les moments?
Être présent à l’instant plutôt que de céder aux multitâches à la mode du nouveau monde.
De scroller de manière infinie le fil de Netflix plutôt que de regarder un film.
D’échanger sur Instagram avec tes personnes préférées plutôt que d’en suivre plusieurs sans « en connaitre » (c’est à dire oser échanger) ?
Pour profiter de nos moments de sortie (quand nous le pourrons…) des terrasses, des cinémas, des théâtres, des cafés, des parcs, de serrer nos proches dans nos bras : sans avoir à en prendre de photo, juste y être.
Nous avons de la chance de nous poser des questions, d’autres n’ont ni le temps, ni l’envie, ni l’énergie de le faire.
Saisissons la!

(Et toi ? Comment vas tu ? Envoie moi de tes nouvelles via cette newsletter, j’aurais plaisir à te lire!)

Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochains jours: rappelons-nous « qu’à chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼.

  • Ce que je veux regarder : sur NetflixElite (oui après tout le monde, mais sache que je n’ai pas regardé Casa Del Papel non plus), Love Wedding Repeat et la nouvelle chaine de Yoga sur Youtube de Mimi 
  • Ce que je veux lire: je cherche une nouvelle lecture (je viens de finir « if i never met you » et c’était drôle, fort et mignon donc je veux rester dans cette humeur!
  • Ce que j’ai regardé : The Big Bang Theory (AGAIN) c’est comme Friends et cela a évité nombre de disputes avec mon mari 🤣🤣🤣🤣🤣

Vous pouvez me retrouver par email , sur mon blog ici et sur mon Instagram par là.
A très vite!
B.

Distraire un enfant en bas âge (ou grand bébé) durant le confinement

Ok pivot du contenu du blog momentané (ou pas?) pour encore plus de contenu parental, rien à voir avec le style mais énormément à voir avec notre santé mentale et avec notre productivité. Durant ce confinement, c’est un gros défi pour trouver des jeux, des occupations, des apprentissages pour des jeunes enfants et bébés: Pour l’enfant, pour le parent, pour le faire grandir, pour l’observer se concentrer et accessoirement réussir à avoir un moment sans lui courir après (à le garder en vie 😱).

Je vous présente ici quelques apprentissages que j’ai réussis à mettre en place avec mon enfant, ou que j’ai plutôt improvisé au fil de l’eau, voir que mon fils a de lui-même identifié comme une distraction fortement intéressante. Maman au foyer, à Atlanta, nous avions l’habitude de passer un peu de temps en intérieur lors des longues journées d’averses typiques… bien avant ce confinement. Sauf que 1) il a grandi depuis donc cela reste compliqué à gérer 2) ne pas pouvoir le laisser observer l’extérieur et rencontrer d’autres enfants, le fatigue aussi. Donc je me suis dite que d’autres parents pouvaient être à la recherche de quelques quick wins à mettre en place (surtout que l’on ne peut pas vraiment commander de nouveaux outils, jeux, pâtes à modeler (j’ai vérifié c’est en rupture de stock sur Amazon 😱🤣).

Je les ai classées par âge, mais je vous propose de regarder même la phase d’après si vous voyez que votre enfant s’ennuie.

Avant 12 mois, tout est nouveauté, tout dépend de votre relation et de son caractère. Je vous propose toutefois d’encourager (surtout de 6 à 12 mois) des moments de jeux libres avec un livre musical, un hochet, un tapis d’éveil. Ses problématiques sont souvent concentrées sur les repas et le sensoriel (plus il joue avec la nourriture mieux c’est…), des moments de calme et réconfort (surtout s’il est en phase poussée dentaire) et réussir à faire des siestes, de l’éveil qui dure plus ou moins longtemps et là tout marche:

  • mettre de la musique classique ou autre (en faire avec les mains, les pieds, la bouche)
  • désigner des membres du corps
  • ramper
  • pousser des chaises ou se tenir aux tables
  • jouer à cache cache avec un lange
  • faire des grimaces (cela encourage la concentration et l’utilisation des muscles faciaux utiles à la mastication)

Après 12 mois, l’activité et la mobilité devient une des priorités d’un enfant. Il part à la découverte de son environnement et il adore se connecter et imiter les autres.

Voici quelques idées avec des objets quotidiens pouvant l’occuper:

  • Les contenants (boites de différentes tailles, grands cartons bouteilles, verres, …)
  • Les attaches (ceintures, scratch, lacets, zip ou fermeture éclair…)
  • Les coussins empilés pour faire un parcours de sport
  • Les draps disposés pour faire une tente ou un château-fort
  • Les torchons propres (pour nettoyer, faire cache-cache)
  • Les cartes postales, les photos pour les images
  • Les pochettes de DVD

Je souligne qu’il est nécessaire de faire attention et de rester vigilants aux risques d’accidents domestiques mais aussi expliquer et répéter surtout à partir de 12 mois.

Par ailleurs, l’intérêt de ces activités est aussi d’apporter un regain de confiance dans l’environnement domestique, de mieux appréhender les objets qui entoure l’enfant et d’acquérir l’autonomie au fur et à mesure.

Ce confinement est un défi sur bien des tableaux. L’avantage (si je dois absolument essayer de positiver) est qu’il nous pousse à être créatifs ensemble et à nous ressourcer dans notre cercle et environnement quotidien et domestique. Il est évident que c’est plus facile dans une maison avec jardin, mais si vous êtes comme nous, le balcon n’est même pas une option. Et honnêtement, je suis agréablement surprise par l’ingéniosité de mon enfant (même le sac à dos devient un objet d’intérêt!).

Je conviens aussi qu’il est encore plus difficile de garder la règle de « pas d’écran avant trois ans ». Ne serait-ce le téléphone. Gardons cette option comme la solution de dernier recours 🤷🏽‍♀️😁.

Si jamais vous avez la possibilité de trouver des livres (sur Amazon ou grâce au libraire de quartier s’il livre à domicile 🤔 durant une période future de dé-confinement?). Safia des Mama’s talk (que vous pouvez retrouver ici sur Instagram) vous propose cette série:

Et vous ? Quelles sont vos activités préférées (ou du moins celles de ton enfant)? qu’as tu testé de nouveau durant ce confinement?

Partage ici 👉🏼 en commentaire, je suis sûre que plusieurs d’entre nous n’attendent que ça!

Bon courage pour les prochains et comme disent les américains: You got this! and you are doing great! bravo🤩!

Matcha Morning: Garder un mental sain et optimiste, est-ce (vraiment) faisable?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Il est difficile de trouver le ton et le message justes durant cette crise sanitaire .
Que dire et comment? qu’écouter ou que lire? je me mets à ta place car je le suis aussi.
Je souhaite pourtant restée décalée face à cette actualité que l’on vit tous mais pour laquelle nous ne réagissons pas de la même manière: ni le même caractère, ni le même contexte…plus ou moins d’angoisse, plus ou moins d’acceptation de la situation.
Donc aujourd’hui, je choisis de partager mes moments de sourire, de joie, de satisfaction personnelle, non pas pour les étaler mais pour te partager que nos réserves de paillettes se situent dans les moments simples et inattendus, que je dois me montrer aussi créative que toi. Sache aussi qu’entre ces moments, j’ai eu aussi mes moments down, d’énervement, d’agacement et de frustration, que j’essaie avec plus ou moins de succès de dépasser.

Aucun ordre de priorité n’est utilisé!
Le support d’une communauté créative
Les vidéos TikTok de ma soeur (qui a une mine d’accessoires de plus en plus improbables)  les nouveaux comptes Instagram lancés par les copines (comme celui-ci 👈🏼), des projets de livres (de celle que je laisse la primeur de s’annoncer 😏), de photographies de Jihane, de business, de recettes de Bibouzi, des dessins de Safia 👈 et de Ghita là , de sessions yoga en Zoom ou partagées en famille: mes inspiratrices quotidiennes sont créatives à partager, à accomplir, à essayer – échouer/apprendre – réussir – tester, à tourner la page parfois de certaines aventures avec beaucoup de dignité comme le cas de Valerie Tribes. Une Valerie qui fait le choix un contrecourant d’un profil avec peu de publication mais qui partage des initiatives fortes comme celle de LisezChezVous ici 👈 .
Cette période de confinement a aussi cela de bon: De nous forcer peut-être à faire d’autres choix créatifs et à sauter le pas (dans tous les cas nous nous cassons tous la gueule, non? au moins essayons!).
À partager différemment nos paillettes quotidiennes sur les réseaux ou à réfléchir sur l’après.
Nous nous remontons le moral, à râler aussi quand c’est étouffant.
Cela fait du bien!
Avoir un espace de partage et de confiance c’est important pour avancer.
Donc merci à chacune de cette inspiration quotidienne, cela me booste énormément.
Si t’en as besoin n’hésite pas me solliciter, je suis là aussi pour cela.
Les câlins familiaux, les FaceTime, les messages Instagram et whastapp 
Mon bébé joue forcément un rôle dans mon humeur. Il a répété un « je t’aime » (sans conviction) mais je prends 🤣🤩.
Ma famille au Maroc m’envoie les parties de carte nocturnes (et cela me fait un bien fou de voir que ce moment existe même s’il est éloigné physiquement). 
J’ai aussi reçu une vidéo de ma soeur et moi durant un été 90’s à la plage.
Et notre occupation principale était de présenter une performance scénique devant nos parents et oncles 😁. (Bon si tu repostes cette newsletter je publierai peut-être cette vidéo sur Instagram 🤣)
La vie était-elle plus simple? Ou en étais je protégée ?
Pour mes amis, je reçois des nouvelles alors que j’avais hâte de les retrouver une fois de retour en France. Les conditions ne s’y prêtent pas mais bientôt…🙌🏼
Et partager (un peu trop?) de conseils avec mes amies enceintes  (ha ha ha désolée mes chéries les souvenirs sont encore frais).
Mais aussi les histoires insolites: au Québec, on affiche un arc-en-ciel aux fenêtres pour rappeler que ça va bien aller. Waw! Je pense que mon job ici est fait en matière de positivité, bravo aux québécois ! 

(Et toi ? Comment vas tu ? Envoie moi de tes nouvelles sur les commentaires ci-dessous, j’aurais plaisir à te lire et à te répondre!!)
Power work
Breaking news: C’est difficile de rester concentrée et d’être productive à côté d’un jeune garçon de 16 mois (#blague#sansécran). 
Je case les sessions de travail durant les siestes, après le coucher ou par un moment de grâce d’occupation (sans qu’il cherche à s’électrocuter).
C’est un défi permanent et j’en ai qu’un seul 🤪🤯.
(Big up à tous les parents en télétravail sérieusement 😑 tu fais ce que tu peux et c’est déjà énorme !)
Je dois prioriser chaque action (recherche business, cuisine en écoutant un podcast, tri en passant un appel) et ne mettre mon énergie que là où elle apporte de la valeur, malgré l’ambiance angoissante. #quandjeveuxjusteregarderFriends #etmangerduchocolat #etnepasdormir
J’ai revu ma routine du soir aussi : je me focalise sur une séance yoga / pilate / renforcement. Cela m’évite de trop réfléchir ou de traîner sur Instagram sans but.
Pour l’instant, j’évite les Live Instagram pour rester ancrée tant que possible dans ma réalité.
Mon introspection coachée
A raison d’une séance par quinzaine, j’avance doucement mais sûrement avec ma coach d’identité professionnelle.
Cela m’accorde aussi 1h30 sans personne autour hahaha.
Le confinement en famille me fait oublier parfois ma part / dimension personnelle (encore plus qu’avant hahah mais est-ce une surprise ? Une exception? 🤷🏽‍♀️)
Il s’agit d’un rappel à l’ordre nécessaire.
As-tu pris du temps pour toi cette semaine? c’est bizarre à écrire durant un confinement: mais si nous ne pouvons pas sortir marcher/ courir respirer seules avec nos pensées, comment arrivons-nous à le faire durant le confinement?
Face face aux downs, je suis humaine…
Ce mythe de productivité s’effondre devant la réalité et de l’information continue. Et c’est dur de garder un esprit clair et motivé. Grosse révélation…
Je m’exerce au lâcher prise , ce qui est toujours une grosse blague avec moi 😬.
Je compte alors jusqu’à 10 (parfois plusieurs fois d’affilée), je prends du chocolat, j’ouvre la fenêtre.
Ou aux grands maux les grands remèdes: je mets de la musique pour danser en famille (et chanter faux, #désoléechervoisin). Et parfois, cela veut juste dire: ne rien faire, accepter d’être en colère, frustrée, angoissée, insomniaque, raplapla, sans envie ou volonté de me concentrer.

Cela peut prendre 5, 10, ou 30 min…
C’est comme ça et cela ira mieux, demain.

Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochains jours: rappelons-nous « qu’à chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

The Matcha Morning: Gérer son argent durant la crise, est-ce que cela ça change quelque chose?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu vas bien, ton mental et ton corps inclus, que ta famille et tes amis où qu’ils soient se portent bien aussi.
Avant de commencer, je souhaite te partager cette musique de Clara Luciani.
Dans un moment de distanciation physique, rien n’empêche le soutien moral et social, un coup de pers à notre moral ensemble:
« Je tiens dans ma main ton poing serré
Et rien ne peut nous résister
Puisque nous l’avons décidé
Personne n’a jamais dit que ce serait facile
Mais je serai là
Personne ne croit en toi comme j’y crois
Personne, personne
Je serai là même s’il ne devait rester »

Paniquer et décider quoi faire de son argent (même peu d’argent) est la pire approche possible.

Reprenons ensemble les bases, sans jugement de valeur, ni honte: l’argent peut entrainer un sentiment de mise à nu et de vulnérabilité.
Tu es ici dans un espace sûr donc pas de jugement 😉 c’est important de le rappeler avant de démarrer! 🙏🏼 #safespace
Commencer par faire le point
De tes revenus, de ton épargne (s’il y en a, et définir sa forme: immobilière, or, argent, actions, livret A…) et de ses coûts fixes. 
Pour les coûts, tu peux prendre une semaine type du confinement et un mois type « normal », et suivre, sur un carnet ou fichier Excel, l’ensemble des coûts, il y a de fortes chances que tu le fasses déjà, toutefois il est aussi possible que le rythme de consommation ait changé durant ces trois dernières semaines.
Décider de ce que tu veux faire
Gagner en sécurité, trouver une opportunité d’investissement, sortir des zones de risques, partager et faire preuve de solidarité : les objectifs sont divers et dépendent:

  • de ta personnalité (aversion au risque ou pas, générosité, frugalité…)
  • de ton contexte familial et financier dans sa globalité (emploi stable, monnaie utilisée, investissement, nombre de personnes dépendantes de ta situation financière)

Par les temps qui courent il est normal de naviguer en eaux troubles.
Et comme dirait une copine à propos d’un investissement immobilier prévu de longue date: « je lâche prise sur ce que je ne contrôle pas, je ne sais pas quel taux d’intérêt sera applicable dans quelques mois, donc je n’y pense pas aujourd’hui » .
Quelques idées à te suggérer:

  1. A court terme : rester sur des placements à faibles (voire inexistantes) rémunérations (livret A, CEL, LDD) mais avec l’argent disponible immédiatement (liquidité forte), mon mari vous déconseille fortement d’investir durant les 12 prochains mois sur les marchés actions
  2. A long terme: se focaliser sur un achat immobilier (avec un couple risque / rendement relativement faible) si déjà planifié et attendre l’année prochaine au plus tôt pour revenir sur le marché action (fort risque / fort rendement) 
  3. A tout instant:
    1. participer aux appels aux dons, car il va de notre responsabilité d’aider les héros du quotidien ainsi que les personnes fragilisées par le confinement 
    2. savoir saisir des opportunités (sans culpabilité car il est important de faire preuve de bonne gestion) : surveiller le cours de l’or et de l’argent sur ce genre de site ici 24hgold.com 👈  (il est recommandé d’investir 5 à 10% de son patrimoine net dans cet actif de sécurité), ou investir dans des projets de crowdfunding avec un risque + élevé mais un taux d’engagement supérieur 

Revoir ta consommation de manière générale 
Avec ces semaines de confinement, cette humeur en berne (à raison), je te propose aussi d’analyser ton rapport à la consommation.
Nous sommes réduits à l’essentiel, à nos besoins primaires de la pyramide de Maslow.
Qu’est ce que cela déclenche en toi? de ne pas pouvoir maintenir les mêmes habitudes de consommation, de ne pas avoir à t’habiller selon un costume spécifique à ton identité professionnelle…à quoi se réduit cet essentiel? 
Es-tu du genre à t’habiller en semaine ou à rester en pyjama ?
Comment vas-tu aborder le retour « à la normale »? (je ne suis pas sûre que l’on n’oublie si facilement)
Je te pose la question sans a priori, sans jugement ni idéologie.
Il me semble intéressant d’analyser ce rapport de consommation et au sens de l’essentiel.
Tout en sachant, que la reprise sera forcément liée à notre capacité à consommer « après ».
Nous aurons tous un rôle dans cette potentielle reprise.
Quels seront alors nos choix de consommation que nous ferons? qui choisirons-nous de soutenir: quelle marque, quelle filière agricole, quel artisanat, quelle industrie?
Je pose ces questions sans en connaître encore ma propre réponse.
Et pourtant, il est important de réaliser à quel point cet « après » va dépendre de nous tous.
Jamais nos choix financiers n’auront autant d’impacts.
A nous de les faire et de les assumer 😉.
C’est aussi cela l’empowerment! 💖
Plein de bonnes ondes où que tu sois!
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Ce que je veux regarder sur Netflix : Gossip Girl ou Gilmore Girls, quelque chose de distrayant, loin de l’actualité, j’essaie de rester la plus positive possible; encore plusieurs semaines de confinement prévues…un marathon à tenir

Ce que je veux lire: Rien, je n’arrive pas à lire, peut être avec ce changement de lieu un peu brusque (🇺🇸-> 🇫🇷), ou d’angoisse ambiante, cela va revenir je le sais, mais en attendant je laisse mon humeur ruminer ce vide (et ce n’est pas grave!), envoie moi tes recommandations si tu as des pépites à suggérer 🤩!

Ce que j’ai écouté : le podcast Femmes puissantes de Léa Salamé