Matcha Morning: Faire confiance à ses tripes 🤩

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Il est difficile d’aborder la question de l’instinct dans une crise qui bouscule les cartes mais essayons 🙂.

J‘ai tendance à étouffer mes premiers instincts…Par syndrome d’imposteur ou par auto-sabotage … sauf que cela revient aussi à donner vie qu’aux scenarii pessimistes.
Mon instinct créatif.
Mon instinct empathique.
A écouter souvent mon instinct de protection, mon instinct de défense, mon instinct de confort.
Je suis confrontée à mes instincts primaires et à mes instincts secondaires.
Et ces derniers temps les primaires sont souvent mis en priorité encore plus en temps de crise sanitaire.
Et c’est fatigant.
Aujourd’hui j’essaie de me lancer dans des aventures entreprenariales et c’est fatigant d’évaluer ce risque exogène.
Et vu que j’ai un caractère (parfois) impulsif et que j’ai décidé que j’en avais plus qu’assez de mon petit cocon je me suis surprise moi même à lancer enfin un contenu que je voulais faire depuis un an au moins  (quasiment dès la création de la newsletter).

Sauf qu’à force de remettre en question mes initiatives à vouloir attendre le moment parfait: je les tue dans l’oeuf et je créé de la frustration.A force de donner le micro à ma voix interne pessimiste et soi-disant perfectionniste (je n’aime pas ma voix, je n’ai pas de temps pour le faire,…oui j’ai dit tout ça, demandez à Safia de Mama Talk 🤣)
Et bizarrement, cela génère la même forme de sabotage que des troubles alimentaires.
Qui génèrent aussi des crises de régimes ou d’envie folle, d’auto-dénigrement et j’en passe.
J’en parle avec Ghita du compte Human After All, clique ici pour écouter cet échange très intéressant.Donc voilà:

  1. J’ai lancé sur Instagram un RDV hebdomadaire (audio sur IGTV) de session créative avec un(e) invité(e) qui prend la parole ou dont je reprends la discussion (ce choix est libre à chaque personne)
    • Les thématiques peuvent varier mais restent cohérentes avec la ligne éditoriale de cette newsletter: bien-être, style, inspiration créative et empowerment (le premier a été avec Karam designer sur l’idée créative et l’exécution, le deuxième  co-réalisé avec Ghita sur l’acceptation physique, les normes sociales, la bienveillance et la gratitude )
    • Si tu veux y participer n’hésite pas à m’écrire
      • L’objectif est d’échanger sur un sujet qui peut t’accompagner, te soutenir, t’inspirer
      • Tu peux choisir de rester anonyme comme de prendre la parole avec moi
      • Nous préparons le sujet ensemble et le validons avant de le publier en décalé (pas de live pour le moment).
      • Pour t’aider à mieux visualiser le contenu, n’hésite pas à écouter et à commenter, j’apprends avec tous vos retours
  2. Je travaille sur un projet Tech pour les jeunes parents mais c’est encore très neuf pour en parler ici mais si tu es intéressée: tu peux rejoindre la jeune communauté de parents ici 👈🏼

Et tu sais quoi? mon premier réflexe c’est de me saboter et de me dire: arrête tu t’éparpilles, n’en parle pas, tu vas échouer et tu auras honte.
Alors je vais te dire là (avant que je ne me dégonfle): je prends mon courage à deux mains pour FAIRE, si le risque est d’échouer, je le prends mais j’aurais fait.
Mon message ici est le suivant (à part de parler de moi en long et en large désolée 🤷🏽‍♀️):
Crise ou pas, ne nous fermons pas dans nos coquilles. Le monde a besoin de nos initiatives.
Le monde a besoin de nos prises de risque aussi futiles qu’elles puissent paraître.
C’est inconfortable, c’est dur, c’est contre-intuitif, mais ne nous cachons pas derrière la crise.
Et là je ne pense pas à de gros projets mais si t’as envie d’apprendre à broder, vas-y. Si t’as envie de vendre des plateaux repas, vas-y. Peu importe.

Mais prenons deux secondes pour imaginer un monde ou tout le monde se cache en attendant que la crise passe.
#tristoune 😉

Mon instinct me commande aussi qu’en matière de style, il sera sobre et simple.
Non pas par décence quelconque mais plutôt pour alléger une charge mentale déjà assez occupée par une angoisse ambiante.
Mon inspiration stylistique du moment est aussi plutôt blanche/ crème pour le côté hygiéniste du moment 🤣 : une chemise bien coupée et confortable de chez Figaret sur l’image👈🏼(en promo…) ou mieux celle en pré-commande proposée par la jeune marque Réuni.co ici (le modèle masculin ou féminin 🤩💖)👈🏼et un pantalon taille haute coupe cigarette (ici un exemple Massimo Dutti).
Elle repose aussi sur un rituel de soin pour les cheveux Rahua (on ne verra plus que nos cheveux attachés au dessus de nos masques? #nouveaumonde😱).

A chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼! 
✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

The Matcha Morning : Let’s jump!

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici 👈. Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog 😉.]

Es-tu capable de sauter par dessus cette falaise imaginaire de tes rêves ⛰ ? ou dois-tu (trop) réfléchir avant? (oui je suis du genre à tutoyer, je suis comme ça ! )

Mon voyage dans mon introspection me pousse à partager une révélation avec toi.
Cela fait très longtemps que je n’ai pas fait le saut de l’ange, le saut dans le vide, le saut de la foi, pour moi (juste parce que je croyais en moi). J’ai fait ce qu’on attendait de moi. J’ai fait quelques trucs bidules originaux MAIS je l’ai fait parce que je croyais en la capacité de mon entourage, en mon amour pour ma famille,… mais pas forcément en moi. Une nuance importante!
Même la newsletter je l’ai commencé pour me sortir d’une zone de confort et pour plein d’autres raisons mais pas celle de la confiance en moi, de ma capacité à t’écrire quelque chose qui apporte de la valeur (même un niveau très humble).
Plutôt le contraire même.
(D’ailleurs t’as vu comment je n’arrête pas de te demander ton approbation sur Instagram ? je fais ma blasée mais en vrai je demande que ça! 😅)
Cette révélation, ce Ahaha moment comme disent les américains, m’a demandé un effort infini. Car évidemment j’étais dans le déni.
Je vais donc te poser une question et j’espère que tu pourras y répondre: quand as-tu pris des risques parce que tu croyais en ton projet et/ou en toi? (pas dans les autres, pas en dieu, rien aucune béquille, juste Toi?)

Il ne s’agit pas d’une crise d’égo, ni d’individualisme ou de nombrilisme.
Bien au contraire.
Si tu es dans la même configuration que moi, c’est plutôt que 1) tu ne te mets pas comme priorité 1, 2) tu accordes plus de confiance aux autres plus qu’à toi-même 3) tu te limites (inconsciemment) comme un vieux réflexe.
Le point 3 est particulièrement insidieux.
Je ne me rendais vraiment pas compte à quel point il était ancré.
100000 questions (contraintes et risques) ressortent dès que je veux me lancer sur un truc. Beaucoup viennent de mon histoire, de mon éducation voir de mes propres biais sexistes : « mais non tu es maman désormais comment veux tu tout mener de front ».
La tentation de la résignation
Au lieu de m’exposer au risque de la déception, je ne vais pas sortir de ma grotte. Je vais m’apitoyer sur le fait qu’on ne m’aime pas et que c’est dur et blablabla.
Mais alors c’est sur que je n’aurais pas le poste de mes rêves si je n’y postule pas! 🤔 #pasbetelabete 🤣

Alors que fait-on?
(Déjà j’arrête d’utiliser autant de smiley 😓 ou pas!)
Mon point de départ est tout bête: d’abord me rendre compte à chaque fois que je cherche à me saborder. Et Surprise! Je le fais souvent 😳!
Donc je note chaque soir, j’observe ce magma d’angoisse.
Parfois le fait de l’écrire les rends ridicules et je m’auto-bouscule dans ma tête. Parfois au delà de ce jugement, j’accepte sincèrement cette faiblesse, cette angoisse, cette peur de l’échec.

Ensuite: je me rappelle que je mérite d’avoir ce meilleur. Encore faut-il accepter de m’exposer, de le demander, d’aller le chercher (sans demander la permission des autres).
Bon ce n’est pas toujours évident, de rester constant, de tenir face à soi … c’est bien connu: l’enfer c’est soi (pas l’autre 😅), je demande alors de l’aide.
J’ai fait appel à une coach pour la première fois de ma vie et je me demande pourquoi j’ai mis autant de temps avant de le faire.
Reste plus qu’à sauter.
Bon avec un coup de pieds au c**, car je n’aime pas le vide!
Ok ce n’est pas tout.
Il y a quelques trucs et astuces tirées de mon livre favori (et de mon expérience de consultante, il faut que je l’exploite!) : Le livre des décisions (ici 👈):

  1. La profusion engendre la confusion: il faut procéder par élimination s’il le faut et supprimer un maximum de choix possibles
  2. Répondre par oui/ non à une série de questions pour évaluer les risques dans un délai court => une fois que l’arbre de questions est « descendu »
    1. on ARRETE de trop ruminer les questions et…on saute
    2. bon si ce n’est pas suffisant voici quelques autres techniques…
  3. Il faut SAUTER et prendre sa décision le plus tôt possible : 1) les conséquences changent avec le temps qui passe (des concurrents nouveaux peuvent survenir, nous vieillissons, le coronavirus, …) 2) ne pas décider est une décision!
    1. N.B: t’as déjà vu un bébé se poser ce genre de question avant de commencer à marcher? il évalue le terrain, il apprend à collecter les données au fur et à mesure et en avant Guingamp!
  4. Laisser l’intuition parler : 1) elle emmagasine une quantité d’informations dont nous n’avons pas conscience 2) elle fait parler aussi nos envies et expériences au delà des biais sociaux et de la raison (parfois patinée par la peur…) 3) se poser plein de questions et y répondre sans réfléchir fait parler cette intuition 4) cette intuition représente aussi notre inconscient qui peut être convaincu par des affirmations quotidiennes (à répéter aussi au dessus du journal/ cahier…) et BIM ! tour de force et technique de Yoda!
  5. Etablir une norme pour dire Stop: tu arrêtes ton projet si tu n’atteins pas tes objectifs après tant de mois passés, cela peut paraître arbitraire mais cela allège aussi une partie de la charge mentale (je me lance et si je n’y arrive pas après… j’arrête)
  6. Si tu ne sais toujours pas quoi faire: copie quelqu’un : une personne qui voudrait sortir des sentiers battus devrait commencer par suivre un sentier 🦹‍♀️
  7. Laisser quelqu’un (de confiance) décider (bon pas forcément ma soeur parce qu’elle est bien plus courageuse que moi!)

Je m’arrête là car je considère que sont sont les méthodes les plus originales (il reste la  liste pour / contre,  la question « si tu n’avais pas de contraintes financières que ferais-tu? », réduire attentes et procéder par petits pas…)
Et toi? Quelle est ta méthode pour sauter? Quel est le projet fou que tu as fait pour toi, rien que pour toi ou que tu veux lancer? 
J’ai besoin aussi de tes astuces!
Réponds moi ici ou sur Instagram (lien ci-après 👈 )

Ce que j’ai regardé sur Netflix : La série documentaire Babies

Ce que j’aimerai pouvoir lire : Ce petit guide de l’estime de soi « Imparfaits, libres et heureux » de Christophe André 

Ce que j’ai écouté : Un podcast Rock & Folk pour alléger un peu l’ambiance (virale) du moment