Tu as une idée tu ne sais par où commencer ?

Le podcast Creative Tea Time est là pour ça !

Quand je doute, j'écoute Creative Tea Time

Boutayna a des jours sans aussi et le jour où elle doute…Elle évite d'écouter les avis non sollicités.Cela la rend fébrile.Par contre elle a appris à écouter les autres entrepreneures qui ont de l'avance sur elle.C'est le cas de Nada Bargachi co-fondatrice de Vera, le dressing virtuel mêlant mode et Deeptech.Durant cet épisode, Nada témoigne de ses apprentissages du choix de l'associé, à la construction du BP à l'utilisation des réseaux.Ecouter c'est oublier son égo.Ecouter c'est prendre du recul sur sa réalité d'entrepreneure.Pour en savoir plus sur Nada et son app Vera c'est par ici 👈 .Podcast écrit et produit par Boutayna Burkel.Habillage sonore réalisé par Les belles fréquences / Alice Krief.Des étoiles 🌟 si ce podcast – auto fiction vous a plu ! Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
  1. Quand je doute, j'écoute
  2. Alors tu commences quand ?
  3. Stop ou encore ?
  4. Cultiver ton état d'esprit créatif par des étapes clés
  5. avec Laura : Embrasser son ambition

J’y invite des amis, des inconnues ou des personnes que je suis et que j’admire.

Pour partager cette intelligence humaine pour apprendre à infuser nos idées.

Je suis désormais entrepreneur @ The Helpr

Vous appréciez cette émission ? N’hésitez pas à laisser un avis !

Il est disponible ici sur Apple Podcast 👈🏼 ou sur Spotify et Deezer en plus de YouTube 👈🏼.

J’adorerai lire comment vous m’avez découvert!

Boutayna

Matcha Morning: Quel type de colère es-tu?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici. Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Et si nous arrêtions d’avoir honte d’être en colère? + quelques obsessions stylistiques du moment 👇🏼.

J’ai un rapport personnel d’amour haine avec ma colère. 
Elle m’anime pour soulever beaucoup d’obstacles mais (souvent) elle me fait perdre de la crédibilité, du temps, de l’énergie et même de l’analyse objective de la situation.

Ce rapport de détestation vis à vis de ma colère est lié à beaucoup de choses. Mais récemment j’en ai fait limite une amie.
Un compagnon de route fidèle qui était d’accord avec moi (lol) quoique je fasse.
Elle vient pourtant taquiner mon éducation et mon cadre de  petite fille modèle (mais Ô pourtant je ne le suis guère).
Elle nourrit aussi ma frustration de ne pas être comprise, écoutée, vue comme si l’explosion de ma colère c’était mon seul moyen de communication.
Et alors que j’étais sur mon chemin de rédemption, d’écoute de mes émotions, de maturité et de prise de distance…
BADABOOM
🥵 COVID19 et plein d’événements personnels, de désirs, de projets qui ont été en collision (voir éparpillés façon puzzle 😓).
BADABOOM aussi une colère qui monte, une frustration au top du top…
Pourquoi ?
Oh il est possible que le fait qu’anticiper des actions et des événements me permettaient d’anticiper mes émotions, de me préparer mentalement à ce que je pouvais faire, voulais faire et des compromis avec la vie.
Et voila que tout d’un coup, mes compromis avec la vie sont bouleversés.
Ajoutez à ça une fatigue, un manque du monde d’avant et là WAW cocktail explosif 🤣! (je précise que c’est un rire nerveux)
Une fois que j’ai écrit ça, qu’est ce que je t’apporte dans ta journée?
Oh mais ce n’est que le début 😉.
(Teasing de malade, je sais)
…J’en ai eu marre.
J’étais fatiguée des disputes ou des malentendus, de me sentir drainée même quand il n’y avait pas de disputes, de me sentir à cran.
J’ai réuni ma petite famille et j’ai dit « je suis en colère contre ça, ceci et machin » (et croyez moi la liste était longue).
Mon époux m’a répondu « que veux-tu que je fasse ».
J’ai dit « rien » car pour beaucoup, il ne pouvait rien faire.
Mais le simple fait d’exprimer froidement cette colère, de la voir, de lui faire face…cela m’a apaisé.
J’avais nommé un petit monstre qui grossissait en moi et dont je niais l’existence par fierté, par déni, par égo « je sais gérer, je suis forte, tout va bien ».
Sauf qu’en fait non, tout partait en cacahuète, j’étais forte certes, mais tant que ça?
En fait la colère, la mienne en tout cas c’est comme une cocote minute: il faut lâcher la pression pour ne pas tout faire péter 🤣.

Alors comment relâcher cette pression?Je me réserve des moments à moi, rien qu’à moi.
Je vous écris en m’isolant dans une chambre pour écrire après une longue journée intense en émotions.
En silence.
Bon mon fils s’est réveillé.
Il m’a coupé.
Mais, je m’y suis remise.
Et je me sens un peu mieux.

Prête à relâcher cette pression colérique, ce n’est pas aux autres de la subir.
Même si j’aime bien mon côté passionné, il me définit.
Mais les autres ne l’aiment pas forcément et il me ronge aussi.
Il faut que je trouve un juste milieu à cette colère.
Un jour.

Sans jugement et en espérant que la diversité t’aidera dans la gestion de ta propre colère, j’ai posé quelques questions sur Instagram (je suis disponible ici 👈🏼):

  • Sur ce qui vous met en colère et vos réponses sont diverses mais proches: de l’égoïsme ou d’individualisme, du manque de respect ou de pragmatisme ou de politesse, de la colère envers l’avis non demandé de l’entourage voir envers tout (i fell you and hear you 💖)
  • Si vous étiez plus souvent en colère ces dernières semaines: la réponse était positive avec des envies d’arrachage de cheveux pour les extraverties ou celles pour qui le seau est déjà plein, avec quelques « non »  pour celles qui ont retrouvé une paix intérieure (car je cite « l’enfer c’est les autres »)
  • Comment réussissez-vous à laisser passer ces colères: en prenant de la distance, en faisant de la boxe ou des pompes (oui c’est une militaire en fait dans une autre vie 😁 pour certaines le yoga n’est pas une option et peu importe du moment que ça marche!), respirer, « remettre à la place les autres » et d’autres c’est plus intérieur et garde leur colère rentrée.

Enfin, je me dis que si nous développions chacune un rapport plus assumé et plus apaisé vis à vis de notre colère, nous arrêterions d’en avoir honte, de nous cacher avec elle.
Qu’en penses-tu?
Et toi quelle est l’émotion que tu souhaites mieux gérer ?
Je reçois bientôt sur le podcast (disponible ici 👈🏼Siham, coach certifié, sur notre gestion des émotions (tu peux la retrouver ici sur Instagram).
Aurais-tu des questions à lui poser? je les soumettrai durant l’épisode! envoie moi un email à admin@stylishbcorner.com , j’aurais plaisir à te lire 💖🙏🏼. 

Petite parenthèse de style… cette semaine je pense à du rose et du gris.
Je pense aussi à la possibilité de sortir prendre un thé glacé avec des macarons (oui j’ai un bec sucré et oui il faut bien profiter enfin d’être de retour en France…).
Avec une combinaison pantalon ceinturée et courte sur la cheville, ici celle de And Other Stories (disponible ici) et des sneakers blanches et dorées pour correspondre à cette météo resplendissante… ici celles de Veja (disponibles ici).

Mes obsessions de couleurs, de look et de sorties du moment, quelles sont les tiennes?
  • Ce que je souhaite regarder sur Netflix :Space Force, c’est sorti vendredi et  je suis sautée dessus la bande annonce est drôle et déjantée 🤩 si la gestion de projet t’intéresse, la culture américaine te fait rire, si le monde d’avant et les relations humaines te manquent alors cours regarder c’est grinçant!
  • Ce que j’ai écouté (et que je souhaite lire): J’ai découvert le podcast How To Failgrâce à Instagram (oui la magie existe) et c’est TOP! (bon en anglais) mais l’auteur a été traduite aussi (merci à Safia pour la référence) sur « l’art d’échouer » (livre aussi disponible ici) et une pépite de podcast pour les apprentis écrivains « Assez parlé, le podcast qui donne envie d’écrire » lien ici👈🏼.

A chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼! 
✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼 et mes podcasts « Creative Tea Time » sont aussi disponibles ici (même sur YouTube, si tu n’as pas Instagram 😉)!

Matcha Morning: Faking or escaping reality for mental sanity…

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici. Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’espère que tu te portes bien quand tu lis cette newsletter, que ta famille où qu’elle soit se porte bien aussi.
Cette semaine a été bizarre (encore 🙄).
Une annonce d’une possible sortie en France du confinement: le 11 mai.
Mais pour trouver quoi?
De l’agacement, de l’inquiétude, de la passion créative… liste longue d’émotions étrennées depuis plusieurs semaines… face à l’inconnu et à la crise.
Je ne vais pas lister les questions à variables inconnues, car ce ne sont même pas des équations.
Et cela m’a mis un coup au moral. Mais qui ne l’a pas eu vraiment cette semaine? (je ne me plains pas, je suis consciente de ma chance de confort, s’en est même culpabilisant…)

Comment sortir la tête de l’eau de l’humeur morose?
Car c’est nécessaire.
Je ne suis pas coach ni spécialiste en émotions juste un être humain ou une amie qui te raconte sa vie ici en essayant de la connecter quelque part à la tienne.
Ma technique cette semaine a été de me mettre en parallèle de la réalité.
J’ai évité au possible les informations.

Sinon ça serait : penser à une amie endeuillée et que je ne peux pas serrer dans mes bras, stresser pour la crise économique qui arriverait, passer ma journée en FaceTime  (désolée maman), me sentir drainée par la chasse à l’enfant (qui n’a pas encore la notion des accidents domestiques ni la capacité à gérer ses émotions), être agacée de tout ce que fait mon époux même quand ce n’est pas mérité (lol) (oui même respirer peut être agaçant haha), scroller à l’infini Instagram et détester ça… 
J’ai utilisé alors des pirouettes avec mon cerveau: mon projet entrepreneurial comme levier de focus pour décharger mon cerveau.
Je m’y suis plongée à corps perdu, comme une bulle créative.
Tout en ayant la peur au ventre d’échouer (encore ?) mais le saut m’est nécessaire plus que jamais.

Et j’ai aussi utilisé le film de Myazaki: Le vent se lève…

…Il faut tenter de vivre
Paul Valéry.
C’est un film signature (disponible sur Netflix Fr) de Myazaki sur le Japon du début du 20e siècle et sur la vie d’un jeune garçon rêvant d’être pilote mais à lunette et qui sera le concepteur de l’avion de guerre Zéro,habité par la passion du vol.
Oups, je ne t’envoie pas du rêve mais attends tu vas voir la suite.
Je l’avais vu une première fois en salle de cinéma, seule.
Mon mari n’avait pas voulu m’accompagner (il sentait le truc triste mais bien), mais j’adore Myazaki et je ne l’ai pas regretté.
J’ai pleuré au début, au milieu et à la fin.
Oui.
Car ce n’est pas un film de guerre, c’est sublime de couleurs et de dessins magnifiques.
C’est un film sur l’invention et le rêve (et comment ils s’intègrent dans la vie courante parfois) , la résilience (de l’incendie de Tokyo qui a tout détruit quasiment au rattrapage technologique dans un Japon encore traditionnel) et l’amour (tourmenté mais beau).
C’est aussi sur la politique et les erreurs qui gâchent la vie des gens.
Sur la vie et donc la mort.
Est ce que cela m’a déprimé encore plus?
Non car Myazaki a le génie de transcender la vie de tous les jours, d’amener les rêves dans la vie courante.
Il y fait répéter ce vers: le vent se lève il faut tenter de vivre.
J’y ai trouvé des ressources pour cette vie inconnue, de cet après qui s’ouvre à nous.
Plus que jamais, nous aurons besoin de: solidarité, de résilience et de patience, d’acceptation sans jugement, de créativité et de liberté de penser.
Car dans les méandres de l’histoire ce n’est que quelques jours, semaines, mois. 
Et tenter, essayer, risquer de vivre, même quand le vent souffle.

La semaine dernière j’ai évoqué le pouvoir du présent.
Aujourd’hui j’en appelle au rêve pour pouvoir être résilient.
En confinement, notre humeur est la seule chose qui nous reste.
Et elle est liée à notre motivation.
Oui l’incertitude est forte, oui le risque de récession durable est plus que jamais présent dans nos vies. Mais c’est bien dans les moments les plus durs que notre inventivité se révèle.
Alors exerçons la pour ouvrir nos Chakras!*
Même à gribouiller, plier un bout de papier ou danser sans aucune chorégraphie… ouvrir ses chakras au flow créatif 1) nourrit notre quotidien de paillettes comme dirait l’autre, 2) nous fait échapper de la brume grisâtre au dessus de nos têtes et mais surtout 3) nous permet d’être à l’écoute de signaux faibles d’opportunité. Quelle qu’elle soit.
Un échappatoire créatif qui pourrait nous faire découvrir de nouveaux chemins. 
Peut-être que c’est pour cela que les contenus créatifs ou « inspirationnels » font légion finalement sur Instagram?
J’adore répéter que la nature a horreur du vide, cela n’a jamais aussi vrai.
Profitons de ce vide, je crains qu’une grosse vague d’angoisse et/ ou de réel nous prenne dans l’après.
C’est pour ça aussi que je me rappelle la culture japonaise autant qu’entrepreneuriale:

  • le silence fait du bien
  • l’observation a de la valeur
  • la répétition du geste est nécessaire pour apprendre (ça vaut pour les soins cosmétiques)
  • la peur est une émotion à accepter comme une autre
  • la discipline est aussi clé dans la réussite que le talent 

(Et toi ? Comment vas tu ? Que souhaites-tu lire ici? j’aurais plaisir à te lire, envoie moi tes envies!)
J’ai préparé un petit questionnaire si tu souhaites y participer cela me permettra de mieux te connaître toi ainsi que tes attentes (une idée d’une lectrice amie que je remercie !). Il est disponible ici 👈🏼 (- de 3 min promis!!🤩💖) merci pour ton aide 🙏🏼.

Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochains jours: rappelons-nous « qu’à chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼.

*L’architecte Ghita (ici 👈🏼) a fait un sondage, il y a quelques jours sur les envies de contenu et (comme par hasard?) son audience était aussi lassée, désabusée face au contenu suiveurs et reproduits à l’infini de certains (les pains, les vidéos tiktok non créatives, les Banana bread, les live de sport…). Cette audience réclamait plus de contenu d’art, d’activité manuelle mais plus comme un tutoriel ou un cours à distance, ou d’initiative solidaire qu’une prose à la productivité personnelle. Intéressant, non?

  • Ce que je veux regarder : sur Netflix « Drôles d’animaux » comme un revival de mes documentaires préférés de ma jeunesse sur Disney+ les Simpsons
  • Ce que j’ai regardé ou plutôt tout ce que je n’ai pas regardé : ni les infos en continu, ni les lives intempestifs ni les Zooms éducatifs, ignare? Égoïste ? Chiante?
  • Peut-être mais ce n’est pas grave non plus 🤷🏽‍♀️😬  

Business Books, style, branding and more

Pendant 2 ans (voir plus), j’ai beaucoup lu. Je voulais prendre du recul sur plein de sujets mais aussi apprendre d’une culture anglo-saxonne bien éloignée de la mienne et beaucoup plus entrepreneuse. J’avais besoin de travailler mon mental, j’ai été servie!

Si tu lis déjà la newsletter, tu retrouveras certains titres ou thématiques abordés (que tu peux retrouver d’ailleurs ici 👈🏼).

J’ai posté certains titres sur Instagram, d’autres ont été recommandé sur la newsletter au fil de l’eau.

Mais au cas où tu les as raté, je te propose de faire un récapitulatif ici (avec peut être certains oublis de ma part corrigés ici!).

La carrière:

L’introspection:

La créativité:

L’entreprenariat:

  • eMyth
  • La méthode LiveMentor
  • Fashion Business Manual de Fashionary, il est très intéressant car il mixe la partie artistique, production/sourcing et Business, si tu ne connais rien à la mode mais que tu as envie de répondre à l’appel, c’est un guide très bien illustrée, accessible et facilement « utilisable » (des outils sont téléchargeables sur le site)
  • Pour bien travailler l’univers de la marque How to style your Brand est très bien fait et présenté
  • De Zero à Un sur les start up, les risques mais tellement de choses que cela ne concerne pas que « ça », je le relis aujourd’hui avec la perspective de la crise sanitaire et il a un aspect de la vision de nos vies, notre héritage et des choix que nous faisons de manière plus large!
  • Ce livre Disciplined Entrepreneurship workbook est GENIAL, un peu aride mais j’ai beaucoup appris (et je n’ai pas fini), j’ai appris beaucoup mais VRAIMENT beaucoup de choses (par contre la version en anglais exige un bon niveau, il est fait par le Managing Directeur du MIT entrepreneurship)

La productivité:

As-tu des lectures complémentaires à recommander? Je suis preneuse!

As-tu lu certains listés ici? qu’en as tu pensé?

The Matcha Morning: Je plie 🧘🏻‍♀️ au gré du vent

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

Avant de te lancer sur la lecture, écoute cette musique Disney ça va te remonter de suite le moral et te mettre dans un mindset plus apaisé, plus renforcé (ou du moins je l’espère 🤩🙏🏼) ici 👈 

Bon j’ai une heure pour t’écrire.
Une heure pour t’écrire que je dois quitter mon appartement américain pour rentrer en France. Une décision prise pour être appliquée en 2 jours 🤯🥵😰😱!
Je ne voulais pas arrêter ce lien en raison de cet événement. 
C’est cela être flexible : faire la différence entre ce qui est important de ce qui ne l’est pas! Corona 19 partout, dans nos vies, dans nos quotidiens, jusqu’à nouvel ordre, alors comment s’adapter?
J’en ai vu des choses auxquelles il fallait m’adapter, des grandes aux petites. Mais ça… c’était une peur quelque part cachée qui m’a fait prendre plusieurs décisions avant « si jamais il se passe un truc où les frontières sont fermées je dois y faire face ».
Bon. Merde, j’aurais préféré avoir tort.

Il reste le plus important
Prendre soin de nos vies et de celles des autres.
De nos corps et notre mental, comme une retraite non souhaitée, imposée à nous, mais nécessaire.
Je suis comme toi: perdue, exaspérée, optimiste et pessimiste, angoissée et reconnaissante d’avoir un toit (enfin pas celui d’avant).
Y a plein de choses sur lesquelles j’ai aussi envie de m’énerver. 
Mais est ce que cela vaut le coup?
Je garde mon énergie pour dégager une forme de bonnes ondes.
Je garde mon énergie aussi pour m’adapter.
M’adapter en restant moi-même, dans ma définition la plus concentrée (car qui suis-je sans les autres? Dans ce confinement ? J’ai dû dire au revoir à une amie chère sans la serrer dans mes bras, je rentre à Paris sans pouvoir retrouver ceux que je n’ai pas vu depuis longtemps).

Comment incarner cette flexibilité?

  • Maintenir ma routine (voir la redéfinir hein: car il n’est plus possible de sortir)
     pour vider ma tête car c’est comme cela je reste ancrée dans ma réalité et que je réussis à vider ma tête de mes angoisses.
  • Rester concentrée sur le prochain pas à faire (cuisiner, jouer, travailler doucement, se connecter à sa famille)
  • Limiter le bruit ambiant et l’angoisse générale (je ne peux pas gérer trop d’information en même temps et la nuisance forte, je peux être une éponge, donc je ferme les vannes pour me protéger)
  • Respirer 3 fois longtemps: quand je me sens submergée
  • Lâcher prise aux angoisses, ne pas les nourrir, oui elles sont là mais est ce que j’ai besoin de les ruminer? je ferais alors que du sur place (c’est la partie la plus dure), je les note si besoin et je leur dis adieu 🤣 sinon je leur donnerai vie et c’est bien ce que je veux éviter, non?
  • Se rappeler sa chance, sa reconnaissance envers la vie ou l’univers de ce toit au dessus de sa tête et de ce souffle de vie
  • Accepter (ok ça c’est aussi très dur), accepter ce dont je n’ai pas prise, ce que je ne peux pas changer
    • Notre part d’humanité a besoin de sentir qu’elle peut changer les choses mais c’est comme une vague qui arrive: doit on nager à contre sens ou se laisser porter et trouver un moyen de la dépasser
    • J’ai aussi plein de projets en cours, j’avais imaginé et projeter d’autres plans, je les ai mis en pause pour réfléchir sur : quel impact un événement, aussi énorme, peut avoir sur notre mode de vie

Et toi comment vas-tu ? As tu eu le temps de digérer émotionnellement ce bouleversement ?
Depuis que j’ai écrit ce texte (samedi dernier), je suis de retour de l’autre côté de l’Atlantique.
Pas de confinement total mais assez fort restrictif.

Il est plus que jamais nécessaire de garder la tête froide et le mental sain : pour soi-même et les autres autour de nous.

Voici quelques suggestions :

  • Prendre soin de tes dents (t’as le temps là non? donc fil dentaire chaque soir 😁)
  • Hydrater les pieds le soir avec des chaussettes (tu ne peux pas sortir donc c’est le meilleur moment d’avoir des pieds de bébé)
  • Danser chaque jour (sans la musique à fonds 🤣)
  • Appeler tous tes amis oubliés et se remémorer de vieux souvenirs, mais pas avec ton ex (faut pas déconner)
  • Ressortir tes vieux livres oubliés et tes projets créatifs à moitié entamés (voir à peine commencés)
  • Arrête de te plaindre (cela ne sert à rien à part de te démoraliser et on parle ici de selfcare)
  • Ne pas passer ta journée sur Instagram (oui facile à dire) mais le temps est une ressource rare même aujourd’hui! est-ce que tu veux vraiment te dire, après cette vague, que tu ne l’as passé que sur Instagram? à regarder des directs « live »? tous les jours?
  • Des masques aux produits naturels (si tu les as disponibles) : le yaourt citron pour la peau, du miel non chauffé en gommage à lèvres, de l’huile de ricin pour les ongles et les cheveux (attention: il faut bien laver après),
    • envoyez-moi vos meilleures recettes de masques naturels et je les reposterai sur Instagram !
  • BIEN DORMIR c’est le meilleur moyen d’être dans une humeur positive et d’avoir un meilleur système immunitaire 
  • Sourire à ses compagnons d’infortune dans ce confinement (pour eux aussi c’est dur)
  • Se balader toute nue comme Rachelle dans Friends si t’es seule dans ton appartement (et sache que plusieurs parents t’envient 🤣)- Distribuer de la nourriture aux personnes confinées en difficulté (c’est prouvé scientifiquement !
  • Faire du bien autour de soi, ca aide accessoirement à se sentir utile, productif et présent)
  • Se laver les mains pendant 20 longues secondes chaque heure, en se répétant pourquoi on fait ça : sauver des vies et pas que la sienne!

Donc rendez-vous lundi prochain, pour de nouvelles aventures 🙏🏼. Prends soin de toi, où que tu sois!

Ce que je veux regarder sur Netflix : Self-Made, une série qui a l’air vraiment intéressante sur la vie de Mme C.J Walker! 🖥 la première femme patron et millionaire afro-américaine!

Ce que je veux lire: un livre sur l’entrepreneuriat (je dois être à mon 10e là… message subliminal à qui veut être mon associé 😅) e-Myth 📚  (heureusement que Kindle existe quand même, je ne peux pas transporter tous mes livres dans une valise …)

Ce que j’ai écouté : le podcast Emotions 📻  sur la solitude disponible ici

Rise and shine it’s family time!

Les fêtes de famille, c’est compliqué. Et pour qui n’est ce pas le cas?
Pour Noël, les baptêmes, les mariages, les enterrements, … qu’elles soient grandes ou petites.
Entre Tata qui demande si t’as un amoureux ou un deuxième enfant en route (parfois les deux parce qu’elle n’écoute pas vraiment), Tonton qui veut connaître ton boulot mais que tu as un métier « nouveau » impossible à expliquer, que tu veux aider Maman ou Belle-Maman mais que c’est l’occasion de passer sur le grill de ta vie, les cadeaux bizarres que tu reçois (et que tu offres), les débats de fin de soirée qui n’ont plus aucun sens (trop de 🥙 🍹 🧁 🍰… ), la grande Tata qui se rappelle de toi quand t’avais un an « ah oui c’est toi qui montais sur la table pour danser? t’étais chtoupinette » (1/ je le suis toujours 🤣🧿 merci 2/ je ne fais évidemment plus cela, la table se casserait!).

Mais ça c’est la partie drôle, la partie moins drôle c’est quand cela dérape sur des conseils non demandés, des jugements de valeurs (jolis mots pour dire critique), un sentiment que rien n’a changé,…🥵. La charge mentale avant, pendant, après ce séjour/ diner / fête, de se sentir jugé, évalué, d’essayer de tenir, de se barricadé à tout prix.
Vous voyez le genre?
😱Allez on respire 1, 2, 3… voici quelques idées (ou pas) pour y survivre ou mieux! les transcender (car au final la famille, même si on ne la choisit pas, elle est aussi une source de réconfort).

Ok j’avoue je peux passer pour une professionnelle (ou pas?) des retrouvailles familiales.
Dans la culture marocaine, c’est inclus dans le pack naissance. A moins de 40 personnes cela ne compte pas comme une fête de famille juste un petit diner et moins de 40 cela arrive souvent (😱😱😱).
1- Heureusement que les smartphones (Instagram) existent (sauf si vous vous voulez vraiment en profiter? ou que le réseau ne marche pas)

2- Préparer des sujets en amont: foot, série TV consensuelle, dernier Goncourt 📚, les jeux olympiques, le dernier tournoi de pétanque 🤣!

3- NE PAS PARLER POLITIQUE NI RELIGION, JAMAIS

4- Compter les calories comme passe-temps et vite en être lassé car cette corne de gazelle ne compte pas 🥰

5- Se faire des listes dans sa tête (qu’est ce que je veux faire pour cette nouvelle année?)

6- Ne pas répondre aux provocations (AUCUNE)

Cela ne vaudra pas le coup. Et quand j’écris provocation, j’entends: critique, jugement, avis non demandé… Mettez des boules Quiès, l’approbation sociale se fait avec les personnes qui vous sont proches, légitimes, compréhensives.

Regardez où cela a mené Bridget Jones !

7- A moins qu’il soit M.Darcy, n’acceptez aucun blind date

Oui Tata, je suis comblée dans ma vie de célibataire tout va bien. Quoi vous connaissez quelqu’un ? non merci je passe mon tour!

8- Ne pas faire de confidences personnelles (vos quêtes de sens et votre projet d’entreprise, gardez le pour vos amis proches à moins d’être prêt(e) à répondre aux différentes questions / incompréhensions) : cela ne sert à rien 1) on ne vous écoute pas vraiment 2) vous le regretterez le lendemain 😱

9- Compter sur un allié inconditionnel: Elizabeth Bennet l’avait bien compris, son amie Miss Lucas était d’un soutien permanent et connaissait l’art du « gossip » en public, les meilleurs dossiers, les meilleures blagues et cela aide à faire passer le temps!

Ok Elizabeth Bennet pouvait être cruelle MAIS drôle !

10- Prévoir une sortie à l’air libre (pourquoi seuls les fumeurs auraient ce privilège?)

11- Repérer la salle de bain (avant le pic d’embouteillage et que cela ne soit trop tard…)

12- Toujours avoir une assiette prête de petits fours, chocolats, cacahuètes: ça permet à créer du lien « ah j’aime bien ces gâteaux il y a quoi dedans? » et d’occuper sa bouche en cas de question gênante (le temps de trouver une réponse)

13- Avec cela, plusieurs heures se sont écoulées! Mais s’il s’agit d’un séjour familial qui dure plusieurs jours, n’oublions pas des idées de jeux de sociétés, des livres, des albums photos à parcourir…

14- Trouver un moyen de participer aux tâches, il y a toujours moyen d’aider, de créer du lien de cette manière et de renouer avec une personne que vous n’avez pas vu depuis longtemps et avec qui vous pensez ne plus rien à voir en commun.

15- Profiter de chaque moment avec les êtres chers, le temps passe trop vite et même si l’on râle et que j’en profite pour en faire un billet d’humeur ici, le vrai secret est d’être bienveillant ET patient, d’accepter les gens tels qu’ils sont et de ne rien attendre de plus (que ce qu’ils sont 😉). Ce travail peut s’avérer dur certes, mais ce lâcher prise facilite la vie. Comme je l’écris sur la Matcha Morning Newsletter #25 (que vous retrouverez dans votre boite d’email si vous êtes abonnés ou en fin de semaine ici 👈), il est aussi important de cultiver son jardin intérieur et les sources de son propre apaisement, bonheur, quelque soit l’environnement, sa nature ou son humeur.

16- Démarrer une dispute (celle qui démarre à chaque fête car au finale c’est toujours la même rancune sur machine)

17- Rire de ladite dispute car il faut bien alléger l’ambiance

18- Mettre de la bonne musique car quoi de mieux que de danser en famille?

19- Penser aux absents! 🙏🏼🥰 Cela fait partie aussi des moments d’intention et de présence de qualité… (Oublier le 1 et posons le téléphone)

20- Reprenons le téléphone pour les photos, vidéos et les retrouver quelques années plus tard.

Et vous, quelles sont vos meilleures astuces pour survivre aux fêtes de famille? Partagez les en commentaires!