Business Books, style, branding and more

Pendant 2 ans (voir plus), j’ai beaucoup lu. Je voulais prendre du recul sur plein de sujets mais aussi apprendre d’une culture anglo-saxonne bien éloignée de la mienne et beaucoup plus entrepreneuse. J’avais besoin de travailler mon mental, j’ai été servie!

Si tu lis déjà la newsletter, tu retrouveras certains titres ou thématiques abordés (que tu peux retrouver d’ailleurs ici 👈🏼).

J’ai posté certains titres sur Instagram, d’autres ont été recommandé sur la newsletter au fil de l’eau.

Mais au cas où tu les as raté, je te propose de faire un récapitulatif ici (avec peut être certains oublis de ma part corrigés ici!).

La carrière:

L’introspection:

La créativité:

L’entreprenariat:

  • eMyth
  • La méthode LiveMentor
  • Fashion Business Manual de Fashionary, il est très intéressant car il mixe la partie artistique, production/sourcing et Business, si tu ne connais rien à la mode mais que tu as envie de répondre à l’appel, c’est un guide très bien illustrée, accessible et facilement « utilisable » (des outils sont téléchargeables sur le site)
  • Pour bien travailler l’univers de la marque How to style your Brand est très bien fait et présenté
  • De Zero à Un sur les start up, les risques mais tellement de choses que cela ne concerne pas que « ça », je le relis aujourd’hui avec la perspective de la crise sanitaire et il a un aspect de la vision de nos vies, notre héritage et des choix que nous faisons de manière plus large!
  • Ce livre Disciplined Entrepreneurship workbook est GENIAL, un peu aride mais j’ai beaucoup appris (et je n’ai pas fini), j’ai appris beaucoup mais VRAIMENT beaucoup de choses (par contre la version en anglais exige un bon niveau, il est fait par le Managing Directeur du MIT entrepreneurship)

La productivité:

As-tu des lectures complémentaires à recommander? Je suis preneuse!

As-tu lu certains listés ici? qu’en as tu pensé?

The Matcha Morning: Wisdom & life lessons from Michelle Obama

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

J’ai changé mon calendrier éditorial en tombant sur cette interview. Pour nous changer les idées, pour nous inspirer et surtout surtout garder l’essentiel comme boussole. Sur le blog tu peux retrouver aussi mon dernier post sur mes conseils d’introvertie à se ressourcer en mode confinée (sans en perdre la tête 😅) ici 👈!

J’ai trouvé la vidéo de l’interview sur Youtube (ci-dessus 👆) mais je l’ai écoutée sur un format de podcast.
C’est important à souligner.
Je n’ai pas été parasitée par l’image.
La voix, les tics, le ton même de discours de Michelle Obama sont très intéressants à écouter.
Je suis par ailleurs étonnée par son look, je l’ai visualisé façon costume de First Lady.
C’est révélateur et authentique, car à un moment The Oprah Winfrey lui dit « j’ai l’impression que vous vivez votre meilleure vie et cela se voit ». 

Et voici ce que je retiens pour le partager avec vous.
« Possède ton histoire, décide ton bonheur »
Ok écrit comme ça, c’est assez bateau. MAIS:  
Mme Obama cite plusieurs exemples pour appuyer:

  • Sa thérapie de couple (oui oui! 😱) lui a, en plus de donner envie de parler à un tiers objectif, permis de comprendre que 1) son bonheur ne dépendant pas de son conjoint, 2) que si elle était déçue c’était parce qu’elle projetait ses propres attentes sur lui 3) si elle voulait accéder à une vraie égalité, elle devait aller chercher d’elle même son bonheur
  • Son « self-doubt » ou l’autocritique permanente: elle rappelle que nous pouvons changer notre propre voix off, celle qui raconte notre propre histoire dans la tête. Cette voix off est importante pour nous saboter comme pour nous motiver. Il est très important d’écouter ce que l’on se raconter et si besoin de le changer ! Si vous saviez la catastrophe de ma voix off 🤣😳…
  • Accepter, câliner, incarner toutes les parts de son histoire, ses faiblesses… elle rappelle ses origines modestes et les difficultés à ne pas se comparer surtout à l’ère (règne) des réseaux sociaux…
  • Le meilleur moyen pour ne pas descendre plus bas (Go high when They are low) est de se focaliser sur sa propre mission. La réponse rapide est celle de l’auto-défense et du court terme. Respirons à chaque fois 1, 2, 3 😓 oui cela ne vaut pas le coup à 90% du temps.

« Accepte ta vulnérabilité »
Elle répète à plusieurs reprises son âge reconnaissante envers son corps.
Cet âge que l’on cherche à cacher, à lisser.
Cela peut prendre un aspect religieux même car elle déclare remercier Dieu pour ce corps qui l’amène là ou elle est aujourd’hui et qui lui permet de continuer son chemin. Sans se comparer à son ancien corps, car tenez-vous bien: nous ne sommes pas des machines!
Qu’elle ne pouvait se permettre de critiquer ce corps alors que son père handicapé aurait tout fait pour marcher.
Son truc? Aller à une retraite de randonnée où le principe est de marcher très tôt le matin, pendant 4h, avec juste de l’eau. Le concept prend quand on se concentre sur son propre chemin et cheminement (sans se comparer aux autres).

« Définis ton super pouvoir »
Mme Obama avoue avoir eu du mal à accepter son super pouvoir: l’empathie (compétence qu’elle définit comme sa capacité à permettre aux gens de se sentir « vus, compris et écoutés ». Chose que je comprends.
On ne pense qu’à des compétences « dures » et pas aux « douces » celles qui composent notre humanité. Nous les sous estimons, et pourtant si (ou plutôt quand) l’intelligence artificielle débarque partout, c’est bien cette part d’humanité qui sera la plus valorisée et recherchée.   
Elle assume aussi ne pas aimer cuisiner. C’est une séquence savoureuse, car Oprah insiste. « Même si vous avez le temps? moi j’aime bien cuisiner pour mes proches » elle répond « je sais cuisiner, je l’ai fait, je peux nourrir, mais je n’aime pas cela et je ne le ferai pas par choix ».
J’ai adoré car cela incarne complètement le premier élément.
Assumer ce que l’on est sans culpabilité factice.
Sa vision de la parentalité
Elle aborde plusieurs points éparpillés durant son interview que je regroupe ici:

  • La charge émotionnelle de la parentalité est énorme
  • Elle peut « enfin » se concentrer sur elle même et sur son couple (avec un bonheur apparent) maintenant que ses filles sont partis « expérimenter leurs propres erreurs loin » d’elle
  • L’ex-président qui pleure à la cérémonie de diplôme de sa fille chérie derrière ses lunettes de soleil 😎 et en faisant un bruit bizarre oing oing 🐷. 

Je vous laisse découvrir son livre Becoming ici 👈 .