Matcha Morning: Who am I? What am I writing about?

[Pour recevoir directement cet édito, tu peux t’y abonner ici . Cette newsletter est envoyée chaque lundi matin et publiée peu après sur le blog.]

Grâce à certaines d’entre vous qui m’ont relayée très gentiment ces dernières semaines et que je remercie, de nouvelles personnes accèdent à ce contenu.
Je me suis creusée la tête sur quoi écrire, m’interrogeant sur l’essence de mon contenu (car je suis d’une nature tactique (voir stratégique): je souhaite fidéliser chacune d’entre vous: si je le fais c’est pour être lue 🙂  😁).
Je choisis un média qui a une forme peu à la mode et fatiguant: la newsletter que beaucoup de marques utilisent pour vendre. Sache que je vends rien (aujourd’hui et si je le fais je te préviendrai!).

Qu’attends-tu trouver ou découvrir en me lisant?
Voici une introduction à qui je suis, ce que j’écris et pourquoi ici 👈🏼.
Dans une vie d’avant de consultante business ou de manager de projets, j’ai été happée par une cadence métro boulot dodo qui ne me suffisait pas. 
Une question existentielle mais Ô  quand bien répétée, est ce original ?
Mais une quête toujours en cours : deux ans plus tard, une expatriation, un congé de maternité long, un éloignement, des projets business, des déceptions,…(blablabla je m’autofatigue quand je parle de moi😁), je continue ce chemin de découvertes (Progress Journey). 
J’ai eu un moment Eurêka quelque part entre Mai et Juin 2019. Que mon blog ne me suffisait pas, que ce n’était pas régulier (assez), ni assez clair.
J’ai commencé alors à écrire avec un bébé sur un tapis d’éveil à côté.
A faire sortir des histoires de ma tête, celles qui me concernaient mais que je pensais concerner d’autres aussi (oui on se tutoie ici 😉) et j’ai jeté cette bouteille à la mer.
Certes, je l’ai utilisé comme catharsis mais pas seulement.
Je suis authentique dans chaque histoire écrite, parce qu’elles me sont arrivées ou que j’ai observées.
J’ai dû trouver le moyen de les transcender dans mon quotidien, pour ne pas subir et en sortir quelque chose de durable.
C’est ce que je souhaite partager ici: du primordial (le mental par une amatrice loin d’être une professionnelle) du nécessaire (mes coups de coeur soin de peau, mes distractions média 👩🏻‍💻 et mes routines), au futile (en tendance mode pas en tant que spécialiste haha mais juste en tant que consommatrice lambda, au maquillage),  .
Du temps pour soi, pour toi, chaque lundi matin.
J’ai appris à vivre avec cette introspection et je souhaite partager quelques enseignements car nous sommes tous facilement embarqués par notre quotidien.
Encore plus aujourd’hui en période de confinement: entre angoisse, frustration, fatigue, dispute, ennui… pour ceux qui ont le confort d’être confiné (car c’est un luxe).
Et plus que jamais, je souhaite te convaincre toi en lisant ce texte: que la vie est courte.

Ici, tu trouveras des histoires vraies, authentiques et non sponsorisées
Parce que déjà qui me paierait pour écrire de telles bêtises!?
Ensuite, je partage des coups de coeur en lien avec cette ligne.
Des podcasts, des livres, des séries ou des chaines Youtube.
Même en ce temps de confinement, qui ne se laisse pas embarquer sur du temps social, familial, professionnel…?

Qui ne se laisse pas happée par Instagram, Netflix et Amazon pour ne pas affronter la réalité, parler à sa famille, ou préparer son projet qu’il repousse de longue date?
Et en même temps, pour avoir été celle qui culpabilisait de ne pas être productive(comme la société l’entendait), avons nous besoin de remplir toutes ces minutes de manière intense?
Une amie a posté une bataille de fourmi sur une mie de pain.
J’essaie de montrer cela à mon fils durant nos sorties , car « courtes et à proximité »:  à compter les pigeons, les corbeaux et les fourmis et de prendre son temps à le faire (heureusement je ne pas encore eu la joie de croiser des rats parisiens).
Oh mais je ne fais pas d’ode à la paresse (je serai hypocrite), non juste une ode à l’observation.
Observer ses sentiments, ses amis et sa famille (même de loin).
Non pas de manière passive, mais présente.
Comme pour enregistrer; si j’ai de la chance, les quelques mots de cette newsletter de temps en temps.
Une ode au présent donc.

Et si le confinement, nous apprenait à arrêter de survoler les moments?
Être présent à l’instant plutôt que de céder aux multitâches à la mode du nouveau monde.
De scroller de manière infinie le fil de Netflix plutôt que de regarder un film.
D’échanger sur Instagram avec tes personnes préférées plutôt que d’en suivre plusieurs sans « en connaitre » (c’est à dire oser échanger) ?
Pour profiter de nos moments de sortie (quand nous le pourrons…) des terrasses, des cinémas, des théâtres, des cafés, des parcs, de serrer nos proches dans nos bras : sans avoir à en prendre de photo, juste y être.
Nous avons de la chance de nous poser des questions, d’autres n’ont ni le temps, ni l’envie, ni l’énergie de le faire.
Saisissons la!

(Et toi ? Comment vas tu ? Envoie moi de tes nouvelles via cette newsletter, j’aurais plaisir à te lire!)

Je te souhaite beaucoup de courage pour les prochains jours: rappelons-nous « qu’à chaque jour suffit sa peine ».
Keep calm and stay safe 🙏🏼!

✨  ✨  ✨  ✨  ✨  ✨

Si tu les as ratées, oubliées ou que tu les adores 😬, les archives de la Newsletter sont accessibles ici 👈🏼.

  • Ce que je veux regarder : sur NetflixElite (oui après tout le monde, mais sache que je n’ai pas regardé Casa Del Papel non plus), Love Wedding Repeat et la nouvelle chaine de Yoga sur Youtube de Mimi 
  • Ce que je veux lire: je cherche une nouvelle lecture (je viens de finir « if i never met you » et c’était drôle, fort et mignon donc je veux rester dans cette humeur!
  • Ce que j’ai regardé : The Big Bang Theory (AGAIN) c’est comme Friends et cela a évité nombre de disputes avec mon mari 🤣🤣🤣🤣🤣

Vous pouvez me retrouver par email , sur mon blog ici et sur mon Instagram par là.
A très vite!
B.